Vous êtes ici : Accueil » Alleyras » Trés Haut Débit : les gorges du Haut Allier et Alleyras oubliés du plan de (...)

Trés Haut Débit : les gorges du Haut Allier et Alleyras oubliés du plan de déploiement régional ?

D 22 février 2013     H 15:14     A mko     C 0 messages


agrandir

Après l’annonce de François Hollande hier à Clermont Ferrand sur la venue du Trés Haut débit en zone rurale dans 10 ans, nous sommes extrêmement inquiets pour le développement économique de notre vallée, seule façon naturelle à notre sens de combattre la désertification en évitant le tout tourisme et le tout résidences secondaires qui nous guettent avec le projet de parc naturel régional Margeride Haut-Allier.

Nous voudrions d’abord faire un point sur les calendriers d’équipement prévus pour les foyers et les entreprises en Trés Haut Débit, Internet est un outil essentiel aujourd’hui, sur les possibilités techniques existantes ou en préparation, pour ensuite regrouper les volontés et les convaincus, les espaces, communes, villages etc... et demander avec force aux décideurs, opérateurs télécoms et politiques, des actions courageuses et rapides qui pourront attirer nouveaux projets et nouvelles entreprises.

Il nous semble important de vous tenir au courant de notre réflexion et de nos démarches. Faudra-t-il attendre dix ans ici dans un Alleyras et des Gorges du Haut-Allier désertés pour voir les débits Internet augmenter ?

Si nous avons eu de la chance d’être dans une région, l’Auvergne, qui a signé dès 2005 un plan courageux intitullé "Haut Débit pour tous" ce qui a fait que nous pouvons bénéficier d’un accès ADSL de base à 2 Mbits un peu partout, on peut s’interroger quand même sur les besoins réels des entreprises et des particuliers en débits plus importants.

D’abord qui sommes nous ?

Quelques personnes à Alleyras pour le moment, trés sensibles à l’importance de détenir de bonnes infrastructures de communication pour la survie des gorges. Communication a été faite de notre démarche au conseil municipal d’Alleyras qui y est favorable. Notre collectif ’Pour le Trés haut débit dans les Gorges de l’Allier’ accueillera avec plaisir toute personne ayant la même volonté.

Pourquoi le trés haut débit et pour qui ?

Les connexions Internet disponibles actuellement chez nous plafonnent à 2,5 Mbs en réception et 250 kbs en envoi. C’est suffisant pour 70% des besoins des particuliers. Les entreprises par contre sont à la recherche de vitesse de connexion, le temps étant de l’argent, et également de qualité, plus importantes. Celà leur permet dans le cas des industries traditionnelles d’échanger plus rapidement, de communiquer aussi en ouvrant des possibilités de vidéo-transmission. Aussi dans le cas de collectivités, d’administrations, des métiers reposant sur le télétravail, là avec un intérêt accru puisque tout repose sur la communication. Le particulier, lui, ne verra pas grand changement si ce n’est des rapidités de consultation augmentées, et des propositions de télévision en ligne à haute définition.

La demande existe-t-elle vraiment ?

Disons le carrément : actuellement non. Pas vraiment de la part des entreprises, il n’y en a que très peu, pas de la part des agriculteurs, et seulement un intérêt mi chaud des particuliers qui ne voient qu’une chose : la télévision en ligne et haute définition dont les grands groupes ont intérêt à créer le besoin, et sans aucun doute à terme payante.

Là aussi la démarche que nous envisageons n’a pas pour but de satisfaire ces derniers, ce sera une éventuelle conséquence mais pas un but. Nous ne trouvons strictement aucun intérêt à renforcer une offre déjà bien pourvue via satellite par exemple, une offre d’asservissement et d’abrutissement supplémentaire si nous voulions être sévères. Sans nier toutefois l’apport des chaînes thématiques par exemple.

Une démarche volontaire

Nous voulons avoir une démarche volontaire justement pour inverser la tendance. Donc il s’agit bien d’un effort à faire et à demander aux opérateurs et décideurs. Veulent-ils la mort claire de la vallée du Haut-Allier dont le seul axe, la ligne ferroviaire Clermont Marseille, est laissé à l’abandon depuis des décennies ? Des signes montrent que les politiques ne sont pas insensibles aux demandes des habitants des zones rurales délaissées. Heureusement nous avons encore cette chance. La couverture en fibre des grandes agglomérations, celle du Puy étant notre voisine la plus proche, qui sera effective avant 2017, ne va-t-elle pas décourager l’installation dans les zones moins bien desservies ? C’est ce qu’on peut craindre. Donc il faut faire vite si nous sommes motivés pour renverser les calendriers. Il faudra aussi communiquer là dessus rapidement une fois arrivés à nos fins. Donc tout un plan à mettre en place.

Une démarche à mener avec nos voisins

Ne représentant malheureusement que peu de population, nous ne pouvons que mettre en avant notre entité géographique pour intéresser prestataires et fournisseurs d’accès. Et présenter aussi une démarche globale conjointe avec les communes intéressées des gorges du Haut-Allier. Encore faudra-t-il peut-être nuancer en fonction des solutions techniques possibles.

Les communes doivent s’engager

Nous ne pouvons pas exiger une infrastructure coûteuse si la demande n’existe pas. Mais il faut aussi la créer et présenter des possibilités. Les communes doivent tenir une démarche clairement volontaire d’accueil des nouvelles entreprises, de nouveaux projets, en créant par exemple des pépinières d’entreprises dans les locaux leur appartenant.

En d’autres termes, est-ce que les artisans, commerçants, entreprises, agriculteurs, éleveurs veulent réellement du trés haut débit avant dix ans pour autre chose que regarder la TV THD ? Voulons nous réellement accueillir de nouveaux projets, de nouvelles entreprises ? Est-ce peine perdue ? En un mot : attente, défaitisme, résignation, ou réelle volonté d’inverser ?

Des opportunités techniques

Parlons en puisqu’il y en a ! Suite à notre article de l’an dernier concernant la proximité de la fibre optique amenée par les pylônes THT de EDF / ERDF et à la rumeur insistante de l’existence d’une fibre optique courant le long de la voie ferrée SNCF / RFF, nous voulions connaître la réalité vraie, et nous avons fait notre enquête.

Nos investigations

Après avoir jeté un coup d’oeil sur l’existant chez nos voisins de La Lozère (CG48), de l’Ardèche où le conseil général vient de prouver que les coûts d’infrastructure pouvaient diminuer en généralisant le transport de la fibre optique par les poteaux électriques, et après avoir lorgné sur Saint-Privat d’Allier qui fait partie de l’agglomération du Puy en Velay et qui sera donc équipé en 2017, depuis plusieurs mois nous essayons d’éclaircir nos vues et ce n’est pas simple, entre les déclarations politiques et la réalité du faisable :

- sur l’existence de la fibre optique sur le réseau THT EDF

Nous avons l’assurance qu’une nouvelle fibre est installée le long de la ligne Saint-Etienne Saint-Chély. Mais nous ne savons toujours pas comment nous pourrions en profiter. C’est la filiale Arteria qui est chargée de commercialiser la fibre d’EDF. Aucune réponse à ce jour.

- sur l’existence de la fibre optique le long de la voie SNCF

...qui serait garante d’une bonne irrigation de la vallée. Les services compétents de RFF contactés nous ont bien dit qu’aucune fibre optique ne courait le long de la voie à ce jour et qu’aucun plan d’équipement de notre tronçon n’était envisagé. Par contre Clermont-Ferrand Brioude Le Puy est planifié.

- sur la volonté de la région Auvergne :

C’est très important car c’est elle qui chapeaute le plan d’aménagement en trés haut débit pour tous ses départements. Nous avons eu plusieurs conversations. Il y a deux mois il nous a été dit que nous ne faisions pas partie d’aucun plan de couverture, qu’il fallait se contenter de nos 2 Mbs et que l’objectif de la région Auvergne était de fournir le Triple Play (Internet, Téléphone et Télévision) à tous au plus tôt quelque soit la technologie utilisée. Donc pas forcément la fibre FFTH, mais au moins une montée en débit avec un minimum de 10 Mbs.


Les 3 phases du plan SDTAN Auvergne, version 2011

Recontactés trés récemment car nous voulions avoir une réponse claire et écrite sur la non existence d’un plan pour notre vallée, pour envisager des solutions alternatives, il nous a été répondu que notre intérêt était d’attendre juin de cette année où le plan d’équipement régional, le SDTAN Auvergne sera corrigé. Peut-être qu’après les déclarations du chef de l’état d’hier pourrons nous avoir un peu d’espoir ?


Un petit montage qui montre qu’Alleyras est quand même compris dans le plan de 2011, mais il s’agit du Triple Play, pas du Trés Haut Débit

- sur les alternatives techniques à la fibre optique FFTH

...dite point à point de l’opérateur à l’abonné :

. les solutions satellitaires sont actuellement insuffisantes et non fiables,

. la 4G de téléphonie cellulaire pourrait être intéressante à utiliser lorsqu’elle existera, tout en sachant que les débits proposés par un relais sont variables car divisés par le nombre de téléphonants. L’installation de la 4G sur les relais de radiotéléphonie mobile repose elle aussi sur un fibrage optique inexistant à l’heure actuelle et aucun opérateur télécoms n’a manifesté pour le moment l’intention d’équiper les relais voisins qui nous couvrent, trés mal.

. les solutions de distribution par radio, dites par boucle locale, par WIMAX ou Super WIFI présentent, elles, des débits moindres mais restent une solution envisageable. Nous menons actuellement une discussion avec un fournisseur d’accès en ce sens. L’avantage est une mise en oeuvre rapide et une absence de travaux de génie civil. Une simple antenne suffit par abonné pour obtenir un débit de 20 Mbs environs. Soit dix fois plus que ce que nous avons. La fibre quant à elle permet en théorie 100 Mbs.

Conclusion :


Si nous ne faisons rien tout indique que nous serons équipés en dernier si nous le sommes un jour. Ce qui veut encore plus clairement dire que le peu d’entreprises restantes dans notre vallée vont tôt ou tard s’en aller. Qu’aucun nouveau projet ne va s’installer. Les habitants suivront. Double constat d’échec. Donc la chute annoncée aura bien lieu.

Faudra-t-il attendre 10 ans pour avoir un meilleur débit ou bien faut-il de suite essayer de proposer quelque chose ? Nous penchons pour la dernière solution. Nous allons attendre l’été pour nous engager sur le conseil du Service Infrastructures et Réseaux à la mission Développement Numérique des Territoires à la région, mais nous poursuivons le dialogue engagé avec le fournisseur d’accès en boucle radio.

Nous vous tiendrons informé de nos avancées. Surtout n’hésitez pas à donner votre avis ci-dessous.

Voir aussi notre article du 21 janvier 2012.

Dans la presse :

- Zoom 43 le 22 février : le trés haut débit pour tous dans dix ans.

- La Montagne le 21 février : François Hollande annonce un plan de 20 milliards pour le Très haut débit

- Le Progrès du 22 février : Auvergne. François Hollande promet « le très haut débit pour tous dans 10 ans »

- Le Monde informatique du 22 février : Très haut débit, François Hollande précise son plan fibre en Auvergne

Autres documents :

- Au CG43 qui reprend les analyses et résolutions de la région Auvergne

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps