Vous êtes ici : Accueil » Alleyras » Nouveau village vacances d’Alleyras : les dessous de la réhabilitation

Nouveau village vacances d’Alleyras : les dessous de la réhabilitation

D 14 octobre 2020     H 07:16     A mko     C 1 messages


agrandir

Entre autres problèmes laissés à la commune d’accueil, le maître d’oeuvre des travaux commencés ce mois qui s’autorise quelques extensions non prévues. Notre Grand Entretien à nous c’est avec Franck Petit, maire d’Alleyras élu ce printemps.

Le village vacances propriété d’Alleyras a été cédé à la Communauté de communes du pays de Cayres Pradelles voici plus d’un an pour la raison du niveau de financement nécessaire à la "requalification" d’ampleur indispensable à mener nous disait-on. Un engagement à une hauteur de plus de 5 millions pas supportable par la commune. Et donc la commune devait céder sa propriété lui a t-on dit. Ce qu’elle a fait, pas sans mal puisque les services de l’état voulait même la faire payer pour cette cession.

En ce début octobre alors que les travaux de réhabilitation débutent sur les chapeaux de roues et que les articles dans la presse locale officielle locale ne tarissent pas d’éloges pour le projet et son maître d’oeuvre le président de la communauté de communes du pays de Cayres Pradelles...

- https://www.leveil.fr/alleyras-43580/actualites/alleyras-un-chantier-a-5-millions-deuros-pour-le-village-de-vacances_13851344/
- https://www.leveil.fr/costaros-43490/actualites/sante-energies-tourisme-les-projets-du-pays-de-cayres-pradelles-vus-par-paul-braud_13852459/
- https://www.leveil.fr/costaros-43490/actualites/il-faut-revitaliser-les-bourgs-centres-du-pays-de-cayres-pradelles_13852475/

...nous nous sommes demandés quel était le sentiment du nouveau maire d’Alleyras, Franck Petit, commune créatrice du village vacances et son ancienne propriétaire.

Premier problème : l’emprise du village vacances s’autoriserait quelques débordements

Elle empiète sur nos terrains communaux et ce sans concertation. L’architecte s’est autorisé à outrepasser les limites convenues côté nord et s’accapare une grosse moitié du terrain de football communal ! La raison en serait que la construction des nouveaux chalets pour étendre la capacité du village de 100 âmes ne serait pas possible ailleurs.

Un des bornages polémiques du géomètre situé au nord des terrains de tennis

Celui de la partie sud. Le tracé coupe ainsi le terrain de football communal en deux

La zone en litige

Et le top du top c’est que les nouveaux chalets ne seront même pas en retrait mais frôleront les nouvelles limites repoussées / prises.

Au delà de l’acte, révélateur de la loyauté dont fait preuve le nouveau propriétaire envers une de ses composantes partenaire, des travaux communaux vont être nécessaires pour déplacer les terrains de football et de basket voire pour reconfigurer la zone de groupes gérée par le camping municipal. Qui va en supporter le coût ? Alleyras.

Franck Petit : " En janvier février de l’an dernier j’ai soulevé le problème et je ne suis pas le seul, je leur ai demandé comment il était possible que ça coupe la moitié du terrain de foot, les limites ne vont tout de même pas être repoussées jusqu’aux sanitaires du camping ! Ils m’ont dit : Non mais ne vous en faites pas... après un petit flottement quand même et ils ont repris les plans... et ont dit oui effectivement... Et puis après il y a eu l’histoire du Covid et rien."

Des frais supplémentaires pour la commune

" Ce qui me désole c’est qu’on va refaire un terrain de foot, sans doute en dessous entre l’espace groupe et la plage, ça ne va pas être un espace dédié aux gamins de Cap dans la mesure où si eux n’ont pas pensé un espace vert dans leur projet pour faire jouer leur bébé club j’ose espérer qu’ils ne se sont pas dit : c’est pas grave ils iront jouer chez le voisin Alleyras. On va peut-être devoir faire une séparation franche entre le village vacances et la partie communale. Malheureusement on arrive dans ce système où il faut mettre des barrières pour se faire respecter."

Des travaux menés à la hussarde

On pourrait le croire quand on lit la presse mais pourtant ce lundi matin 12 octobre à 8h30 le chantier est... désert. Seule une mini pelle est posée dans un champ.

Mais le mardi... début des travaux de désamiantage dans les gîtes

Le maire d’Alleyras donne son avis sur le timing :

" Tout doit aller très vite donc on n’est pas à l’abri de problèmes. En 2005 on a été obligé de faire jouer la garantie décennale parce que ça a été fait vite et il y a eu beaucoup de malfaçons. En 2012 on a fait l’espace bien être et là on est en train de constater qu’il y avait des malfaçons. Et là on se dépêche encore plus pour faire un projet à 5,7 millions ? On va au devant de gros problèmes de mise en oeuvre. On veut tout refaire à peu de frais parce que c’est tout payé par l’argent public et on veut surtout pas perdre une saison d’activité. Qui va essuyer les plâtres après ? Les collectivités."

Un chantier non pensé dans sa globalité

Selon le maire aucune prise en compte des capacités de fourniture en eau de la commune ni aucune prise en compte des accès routiers inadaptés pour 100 accueils supplémentaires.

" Le problème de ces projets c’est qu’on a des gens qui ont des difficultés à prendre du recul et à voir l’évolution dans une globalité. C’est toujours relativement segmenté. Là on travaille sur le développement d’un village vacances, mais quid de l’alimentation en eau ? Quid de l’assainissement ? Quid de l’accès ? L’accès de la route de la Varenne pour faire venir 100 personnes en plus, au bout d’un moment ça va poser un problème. On se pose pas la question, ce n’est pas grave si Cap atteint la rentabilité... On fait ceci cela du moment qu’on a l’emprise au sol, on ne se concerte pas avec la commune, on ne veut pas savoir si ça pose un problème pour le stade de foot... le stade de foot ce n’est pas grave il n’y a plus de gamins à Alleyras... On pourrait faire ça respectueusement et ce n’est pas le cas. Résultat on donne de l’emprise publique à un projet privé. "

Des travaux importants seront à prévoir sur les installations du réseau d’eau communal y compris sur la station d’épuration de Pont d’Alleyras ?

"Là aussi l’ARS n’a pas été consultée parce que c’est un projet à 300 lits, ce serait un village vacances avec 50 lits elle le serait. C’est la loi... On a travaillé avec l’ARS sur notre schéma directeur de l’eau et il a été mis en évidence qu’il y aurait de gros problème de vulnérabilité sur le réseau d’eau potable en été. On a une source qui convient mais qui peut poser problème quand la consommation s’accroît, et là on rajoute 100 personnes ? La ressource en eau dans le secteur n’est pas infinie. On nous dit qu’il y aura des systèmes d’économie de l’eau mais si jamais ça dépasse, on fait comment ? Y-a-t-il une solution alternative dans ce cas ? Pas que je sache. Il y aurait peut-être une étude pour récupérer l’eau de pluie suite à la demande de la directrice de Cap. Ca c’est très intéressant sur le plan écologique mais le seul souci c’est son traitement qui passera forcément par la station d’épuration communale alors que ce volume ne sera pas facturé, donc traitement gratuit à notre charge et saturation supplémentaire de la station."

La com com a répondu non à votre demande d’aide financière pour la station d’épuration ?

"Ce qui a été dit à l’ancienne municipalité : c’est sur votre territoire donc vous vous débrouillez. L’agence de l’eau qui dépend du département peut aider à l’investissement mais elle n’aidera pas au fonctionnement. Soit on arrive à trouver un accord avec la communauté de communes soit on sera amené à définir en dernier ressort une tranche de tarification spéciale pour l’assainissement du village vacances. Je ne souhaite pas y arriver."

Et au sujet des accès routiers ?

"Tout le monde se glorifie de développer un centre de vacances... mais on n’est pas à Port Barcarès ! Les bus prennent tous le sens interdit au risque de provoquer des accidents. Certes je vais modifier les sens de circulation avec la mise en place d’un aménagement mais c’est un emplâtre sur une jambe de bois. Ca restera quand même dangereux et on ne s’est pas posé la question de cet accès. A force de faire des ensembles aux surfaces de plus en plus grandes, l’humain est où ? On accueille beaucoup mieux 50 personnes que 400 personnes. On amène d’énormes flux dans des endroits qui deviennent des usines à touristes. A un moment ne peut-on pas repenser notre développement en privilégiant les petites structures ? Le village était rentable moyennant une réfection, mais on n’était pas obligé de monter sa capacité à 400. La prochaine fois ce sera sans doute 600, puis 800 ?"

Le village vacances communal devait être cédé non pas pour le franc symbolique mais...

...on demandait même à Alleyras de payer 46 000 euros pour sa reprise ! L’ancienne équipe municipale a insisté pour que la cession ne soit pas faite dans ces conditions, soit disant une conséquence de la loi Notre, et a exigé au contraire un dédommagement pour les loyers de l’occupant non perçus les années précédentes. Ce qui a été tranché pour 150 000 euros.

Pas de représentant de la CCPCP durant les travaux ?

Pour contrôler l’exécution des travaux, pour éviter les débordements divers des entreprises et leur faire respecter les terrains communaux attenants le maire souhaite que le maître d’oeuvre désigne une personne déléguée sur site.

"On traverse déjà les terrains communaux sans se préoccuper pour faire les travaux ! Non, il faut demander une autorisation. On ne va pas comme ça n’importe où parce que c’est à la commune. C’est une question de principe ! Je vais demander d’avoir un référant et puis qu’on considère un peu mieux la commune d’Alleyras. D’autant que cette affaire nous cause un préjudice : aujourd’hui quand on se rapproche de la com com pour demander une aide pour tel ou tel dossier, alors qu’elle est censée nous appuyer lors de ces demandes, on nous dit mais vous avez déjà eu 5,7 millions avec le village vacances. Mais le village vacances ça n’est plus Alleyras, il leur appartient maintenant ! Les subventions sont données certes par territoires mais on a aidé en fait l’entreprise privée Milléade pas la commune d’Alleyras pour un projet public. C’est à nos yeux très clair. "

Le positif

Le maire se réjouit par contre de la volonté affichée de la nouvelle directrice du centre de vacances pour mettre en place une évolution de qualité des prestations.

"Les rapports avec l’exploitant du centre de vacances seront meilleurs parce que la directrice veut travailler beaucoup plus avec le local, proposer des randos avec les gens du pays... ça c’est hyper bien."

En résumé un maire d’Alleyras très amer

"Nous au final sur la commune nous sommes très ennuyés sur les questions d’assainissement et on se pose des questions pour l’eau et les accès. Voilà, c’est super ! Et quand on demande de l’aide on nous rétorque qu’on nous a déjà donné."

Et en plus des accès routiers, quid de l’accessibilité pour les habitants au City Park
ainsi qu’aux installations piscines restaurant bar ?


On pourra lire le compte-rendu de la validation de l’avant-projet sur le quotidien l’Eveil, ici.

1 Messages

  • Nous nous préparons,pas question de se faire rouler...Relevons nos manches.
    Nous voulons bien développer et aider le développement de notre commune et de nos communes,mais pas à n’importe quel prix. Notre qualité de vie,autochtones,touristes,notre sécurité à tous,nous y tenons !
    De plus,nos porte-monnaies,nous,habitants de la commune nous y veillerons.
    Si nous ne sommes pas écoutés,nous sortirons de nos greniers et caves les vieilles faux et faucilles et nous
    les aiguiserons.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps

sur twitter