Vous êtes ici : Accueil » La Nature » Saumons du Haut-Allier : pour y voir plus clair

Saumons du Haut-Allier : pour y voir plus clair

D 15 avril 2015     H 16:01     A mko     C 0 messages


agrandir

La stratégie du Conservatoire national du Saumon sauvage semble avoir évolué puisqu’il nous a été possible d’assister à une séance de "puçage de smolts" au Pont d’Alleyras, au camping précisément. Une certaine discrétion était de mise jusqu’à présent concernant par exemple les comptages. Une ouverture indispensable pour l’acceptation et la compréhension par tous, pêcheurs et riverains, du nouveau barrage de Poutès abaissé.

C’est Patrick Martin, le directeur du conservatoire qui nous accueillait pour une séance dont le but était simplement de "baguer" aurait-on dit pour des oiseaux, les petits saumons de un à deux ans, adolescents, appelés smolts, un mot nordique qui indique cet état de transition physique et physiologique qui les prépare à la vie en eau de mer.

Ci dessus la puce électronique qui va être introduite dans le ventre du petit saumon (poids 0,25 gramme environ).

Après prélèvement dans l’Allier à l’aide d’un système de nacelle à aubes, la méthode consiste à les endormir dans de l’eau comportant un anesthésiant léger. Le temps de l’opération dure quelques secondes et il ne faut pas dépasser une demi-heure entre le prélèvement et la remise à l’eau.

Voici une sonde sous-marine élaborée pour compter les passages des poissons équipés de la puce. Chacune possède un code différent et est attribuée à un poisson précis dont on relève soigneusement les caractéristiques.

A l’aide du logiciel PC on emmagasine les données correspondantes qui permettront un traitement et une surveillance ultérieurs.

Au dessus la mesure du smolt une fois endormi, prêt à recevoir le petit émetteur. Patrick Martin nous disait qu’il fut un temps où ces balises étaient beaucoup plus imposantes et nécessitaient même l’installation d’un fil antenne que le saumon trainait ensuite à vie ( cadeau ! ). Heureusement la miniaturisation a coupé court à l’épisode.

Après l’incision une goutte de colle forte sur la peau pour éviter tout rejet et c’est la salle de réveil, un seau rempli d’eau pure dans lequel le saumon va reprendre ses esprits dans les deux minutes. Il suffira de le relâcher dans l’Allier sous un beau soleil... Et voilà la petite bête surveillée dans ses allers et venues par les capteurs disposés par exemple au barrage.

Pourquoi cette opération de puçage ?

Patrick Martin précise : Contrairement à ce que l’on pourrait croire le problème n’est pas dans la montaison des saumons mais bien la dévalaison des smolts qui perdent actuellement trop de temps dans la retenue de Poutes. Pour mémoire la période pendant laquelle ils sont capables de passer en mer est de l’ordre de trois semaines. Si les jeunes saumons perdent déjà 3 semaines au départ de leur voyage (qui doit faire environ 900 kms avec plein d’embuches), ils n’ont aucune chance d’arriver au bon moment dans l’océan ! L’objectif du piégeage à Alleyras est donc de savoir à quel moment ils entrent dans la retenue et grâce aux émetteurs de suivre leurs parcours dans la retenue et d’estimer leur retard. Ces informations avant la reconfiguration, permettront d’analyser par la suite l’effet de l’aménagement mais aussi de contribuer à sa conception future.

La nouvelle configuration du barrage va donc se rapprocher d’un écoulement naturel.

Qu’est-ce que le Conservatoire National du Saumon Sauvage ?

C’est une société coopérative (au statut proche de celui d’une association) créée en 2005 par le SMAT du Haut-Allier. Le siège est situé à Chanteuges et ses objectifs pour faire court sont le repeuplement en salmonidés d’abord sur l’Allier. Et par conséquent l’étude des phénomènes qui ont conduit à leur raréfaction.

Plus d’informations :

- Le Conservatoire National du Saumon Sauvage
- Un téléphone : 0471740545
- Un joli blog sur la pêche au saumon dans les années 40.


Et le 100 ème smolt vient d’être marqué ce mercredi 15 avril.

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps

Soutenir par un don