Vous êtes ici : Accueil » Alleyras » Alleyras est-elle à sa place dans cette communauté de communes de Cayres (...)

Alleyras est-elle à sa place dans cette communauté de communes de Cayres Pradelles isolée ?

D 29 décembre 2015     H 10:30     A mko     C 5 messages


agrandir

Nous en faisons partie. Pour notre bien ou notre malheur ? On ne saurait le dire tant la volonté, unanime, des communes du Pays de Cayres Pradelles de rester isolées pose question. Nous parlons désormais du plus petit ensemble du département avec 5000 habitants.

Pendant qu’en Lozère on apprend que toutes les forces politiques se réunissent pour refuser le plan de redécoupage proposé par le préfet Malherbe et pour proposer 4 ou 5 intercommunalités maximum, ici grâce au journal l’Eveil, très au courant des potins préfectoraux, on peut consulter la proposition de redécoupage intercommunal du préfet de Haute-Loire : on se dirige vers les 9. Neuf.

Seule et fière

On voit que le préfet entérine la volonté de la CCPCP de rester seule. Les raisons de cet immobilisme nous a-t-on expliqué se résument en un mot : la peur. La peur d’être engloutie par l’agglo du Puy en Velay, la peur de l’être par Saugues aussi. La peur de voir les quelques dossiers en cours remis en question. La peur de se voir déposséder du faible rien.

En regardant la réalité et l’évolution des communes des communautés et agglos voisines on peut sérieusement s’inquiéter. Nous voyons ici que les dossiers sont bloqués souvent par manque de moyens, de personnel par exemple, pendant qu’ailleurs on constate sans cesse de nouveaux équipements intercommunaux, des aménagements réels et des actions fortes.

Ce manque de moyens fait que la petite intercommunalité de Cayres et Pradelles se concentre sur un ou deux projets dont l’efficacité, touristique et économique reste aussi à prouver. Et puis rien : embellissement des communes néant, il n’y a qu’à voir leur état actuel, projet économique néant, projet culturel sans ambition. La collectivité nous semble à la traine.

Gérer la sinistrude

Oui le nombre d’habitants est peu élevé, oui le pays de Cayres Pradelles est sinistré avec une désertification galopante depuis des décennies et donc des subsides de l’état en baisse. Quels sont les mesures réelles prises pour enrayer la tendance ? C’est pas bien clair. L’isolement s’il était cohérent d’un point de vue au moins territorial pourrait se défendre, mais ce n’est pas le cas :

- Landos regarde nulle part ou un peu vers les monts du Devès,
- Cayres les regarde aussi mais est devenue de fait une cité dortoir du Puy,
- Pradelles regarde vers Langogne,
- Costaros et Arlempdes lorgnent vers la haute vallée de la Loire,
- Saint-Jean Lachalm et Saint-Haon regarde vers les gorges de l’Allier,
- Alleyras y est, elle, dans ces gorges et si personne ne relance la machine elle va y crever.

Où est la cohérence territoriale dans tout ça ? Il n’y en a pas. D’où l’absence de politique claire de la collectivité soumise à l’agriculture et l’élevage qui ne font pas partie de ses compétences.

Et Pradelles qui ne cesse de s’enfoncer entraînée par la lente chute de sa voisine Langogne également en mauvaise posture dans une Lozère qui ne regarde que vers l’ouest autoroutier.

Les atouts

Pourtant le pays en a quelques uns, au delà de ses particularités géographiques et malgré un climat parfois inhospitalier l’hiver.

Il y a la route nationale 88... qui n’est pas encore une voie rapide mais qui le deviendra. Au bénéfice des territoires traversés ? Pas sûr du tout. On zappera tout bonnement le secteur réputé inhospitalier pour s’agglutiner au Puy et Saint-Etienne. Cela si rien n’est fait pour accroître notre attractivité qui pourrait c’est sûr se développer autour du tourisme vert, et pas seulement autour de la lentille et d’une zone industrielle, mais il faut prendre la question à bras le corps.

Le lac du Bouchet est à proximité, avec son fameux réaménagement. Va-t-il attirer des visiteurs autres que ceux qu’il a déjà ? Ne manque -t-il pas d’une notoriété à l’extérieur du département ? Une communication forte sera t-elle mise en place ?

Les sentiers de Stevenson et de la Régordane, GR700 sont bien là : mais qui n’a pas entendu les marcheurs de ces parcours avouer que les villages traversés sont horribles ? Interroger les commerçants, c’est édifiant. Il faut des actions !

Et les Gorges du haut Allier ? On peut se demander s’il existe une politique touristique réelle et une politique économique cohérente pour les faire décoller alors que la zone est en déliquescence avancée. Un des seuls espoirs est le parc naturel régional qui devrait voir le jour cette année, projet heureusement piloté par une région plus efficace.

Et la voie ferrée Paris Clermont Nîmes Marseillle ? Qu’est-il fait pour elle ? Pour reconduire ses habitants à remonter dans ses trains, pour améliorer l’accès à ses gares, pour en faire la publicité, pour revendiquer la ligne ? Rien. Absence absolue et brillante des élus de la com com pour sa défense, contrairement à ceux de Langeac et de Lozère. Ils n’en voient sans doute pas l’utilité.

Et l’éolien, et le barrage de Poutès ? Ah mais il y a les revenus de ces systèmes énergétiques, le parc éolien à Saint-Jean Lachalm qui bénéficie à Saint-Jean, et les faibles subsides du barrage sur l’Allier pour la commune d’Alleyras qui les verra diminués après l’abaissement de la retenue. Rien pour nous rassurer.

S’allier avec d’autres ? Pas question !

La collectivité ne veut pas se tourner vers le Puy et pas non plus vers la Margeride. Pas non plus vers le sud, pas non plus vers le pays du Mézenc et pas vers le Nord. Que lui reste-t-elle ?

Comptait-elle s’accoupler à l’Ardèche voisine pour bénéficier de la riche région Rhône Alpes ? Trop tard, la fusion entre Auvergne et RA est effective. Laffare qui a demandé intelligemment son rattachement à ce département s’est vu opposer un refus du préfet et des élus de Haute-Loire. Crevez, mais crevez ensemble.

Alleyras doit-elle demander son rattachement à Saugues ?

C’est encore possible pour les communes d’en faire la demande. Rapidement.
Au vu des nouvelles règles que notre commune se voit infliger, c’est-à-dire de moins en moins de compétences en propre, et une nécessité de faire passer tous les projets par une communauté de communes qui n’a pas les moyens de ses nouvelles compétences, nous nous devons de nous interroger. Nous en tirerions sûrement des avantages :

- Les voisines directes de Monistrol d’Allier, Saint-Vénérand, Saint-Christophe d’Allier dans les gorges, en font partie. Cohérence territoriale.
- La communauté de Saugues va être rattachée à celle de la Margeride, de Langeac et de Paulhaguet, ces deux dernières situées aussi sur le haut Allier. Cohérence territoriale là encore.
- Nous renforcerions la communauté de Saugues, qui a quelques moyens mais fait quand même partie des moins dotées du département.
- La communauté de Saugues pourrait se retrouver à défendre clairement deux territoires, le Gévaudan et les Gorges.
- Vabres sur la commune d’Alleyras a toujours été la porte du Gévaudan justement, avec sa tour de guet, et le pont de Vabres, actuellement pont d’Alleyras, le lieu de passage de la romaine Via Bolena entre Lyon et Toulouse. Une association va voir le jour pour rafraichir un peu les mémoires sur ce point.
- Nous serions enfin considérés dans un ensemble territorial certainement un peu plus logique : à nommer Margeride et Gorges de l’Allier, l’ouest de la Haute-Loire en quelque sorte. Pas le sud actuel de l’Auvergne, ni le bassin de la Loire qui coule vers Saint-Etienne.

Nous posons la question : Sommes nous vraiment à notre place ? Ne doit-on pas profiter de la restructuration en cours ?

Explosions & implosions

Ces considérations existentielles sans évoquer la possibilité d’éclatement en vol de la dite CCPCP si effectivement Alleyras demandait son rattachement à une autre communauté puisque le quota minimal des 5000 habitants pour son existence ne seraient plus atteint.

Ou pour poursuivre le délire, celle encore pour quelques temps et pour un département, celui de Haute-Loire par exemple, ce serait fendard, du Cantal ou de tout autre département de demander son rattachement à une région voisine. Ou bien pour une commune à une communauté de communes d’un département voisin. Des règles sont prévues pour cela par la procédure gouvernementale. Exemple : Alleyras et Saint-Vénérand réunies pourraient ainsi demander l’adhésion à la communauté de communes de Grandrieu leur voisine.

Et si on profitait sans complexe de nos proximités qui souvent équivalent à éloignement des centres de décision ?

Une des solutions : la disparition de la CCPCP

Effectivement pourquoi s’entêter ?

- Cayres et Costaros iront vers le Puy comme Bains.
- Alleyras ira vers Saugues, comme Monistrol d’Allier. Cela fera un ensemble le long des Gorges.
- Pradelles devra aller vers Langogne ou l’Ardèche.

Et c’est tout. Tout cela serait bien plus logique.

Ouvrons le débat. Vite.

1 Messages

Un message, un commentaire ?

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps