Vous êtes ici : Accueil » Alleyras » Vus d’en haut : le château de Rochefort d’Anglard et le pont de la (...)

Vus d’en haut : le château de Rochefort d’Anglard et le pont de la Taillide

D 14 juillet 2020     H 23:21     A mko     C 0 messages


agrandir

Le château de Rochefort d’Anglard contrôlait le passage de la voie médiévale venant du Bouchet et du Velay en général sur le pont construit trois ans seulement après lui. Côté Gévaudan il fallait remonter ensuite par la Côte longue vers Le Ménial et au delà en croisant l’estrade nord - sud, vers Thoras ou la Lozère.

L’endroit est très encaissé mais les gorges sauvages le sont et quand un pont, un de ceux de Vabres par exemple s’était écroulé il fallait bien reconstruire un autre passage même très distant... ou trouver une solution.

Un pont de pierre ou doté d’un tablier de bois ne durait pas plus de 100 ans à cause de la force des crues de l’Allier. Lorsque le financement pour sa reconstruction n’était pas réuni souvent à cause de querelles diverses entre pays on aménageait autre chose, un bac, un bateau ou un même un gué. Il fallait passer.

C’est ainsi que dès les XII et XIII ème siècles et certainement avant les voyageurs arrivant de Lyon, du Velay et les habitants du plateau du Devès, le Bouchet Saint-Nicolas compris, devaient venir passer l’Allier à Vabres, ou à Rochefort d’Anglard La Taillide. Leur destination pouvait être Mende, Marvejols, Rodez ou Toulouse et plus loin dans le cas de certains pèlerins.

Les 3 passages historiques principaux de l’Allier entre Velay et Gévaudan étaient : la plaine de Vabres, avec le gué et/ou le pont de la Chapelle, avec les différents ponts successifs du Pont de Vabres (actuellement Pont d’Alleyras), le pont de la Taillide qui a tenu de 1168 à 1300 environ puis beaucoup plus tard le pont de Saint-Haon - Le Thord quand il fallut plus de largeur pour les transports commerciaux en chars.

Le chemin de Compostelle monté de toutes pièces il y a peu

Au sujet des franchissements de la rivière aucun écrit n’a jamais relaté un pont médiéval ni à Monistrol d’Allier ni à Saint-Didier d’Allier.

Aucun écrit ne détaille le parcours du chemin de Compostelle après Le Puy en Velay non plus. La prochaine étape signalée après cette dernière ville est Conques en Aveyron.

On doit le tracé officiel du chemin de Compostelle dit GR65 à une initiative très récente, elle date de 1970, de la section de Haute-Loire de la Société des Sentiers, ancêtre de la Fédération française de randonnée pédestre. D’autres auteurs la font remonter à Pétain qui voulait relancer les pèlerinages religieux mais c’est encore plus récent.

L’objectif ne fut pas de retrouver le vrai passage des premiers pèlerins vers Saint-Jacques, on n’en avait cure, mais de calculer un tracé qui satisfasse les élus bien placés et les commerçants du coin. Pour l’occasion d’ailleurs certains sentiers de pèlerinage connus, comme celui passant pas le Pont d’Alleyras et Sanis, furent déclassés. On les retrouve encore sur certaines cartes IGN anciennes. Il fallait éviter toute ambiguïté. Et ainsi on priva certaines communes des passages de marcheurs pour les plonger dans une récession économique sans précédent.

On lira avec bonheur "Les coulisses de l’implantation en Haute-Loire du chemin de Saint-Jacques" pour rigoler un tantinet.

Fin de l’a parte.

Revenons à Anglard

Elevé semble-t-il en 1165 le château de Rochefort à tour carré semble un peu antérieur à son homologue de Vabres, à tour circulaire, et contemporain de celui d’Agrain qui était déjà bien là.

Un pont romain ?

On entend l’interrogation de certains habitants. D’abord les romains ne construisaient des ponts de pierre que sur de grands axes à fort trafic. Ce n’était quand même pas vraiment le cas ici. Son étroitesse en relation avec le chemin qui le desservait fait douter d’un pont romain. Sa construction aussi qui ne correspond pas pour ce qu’on peut voir du pilier restant à une construction romaine, même pour sa base et ses ancrages s’il s’agissait d’une reconstruction.

La date que nous avons relevé sur une pierre du pilier est en tous cas 1168. Il se peut sans doute qu’un pont antérieur ait existé, rien ne le prouve.

Le mystère du Château Vieux

Ce qui est étrange c’est par contre l’existence avérée par un toponyme restant encore sur les cartes d’un lieu appelé "Château Vieux" à même altitude, même hauteur, mais côté Gévaudan.

Ce Château Vieux est-il antérieur au château de Rochefort ? Sans doute. Il n’apparaît dans aucun texte. Donc il y a quelques chances qu’il date d’avant l’an mil. De ce site les occupants ne pouvaient apercevoir le pont en ruine à la pile restante situé de l’autre côté de la montagne. Ce qui ne plaide pas en faveur d’une reconstruction de pont à la Taillide mais plutôt d’une édification.

Apparemment il ne reste pas de traces visibles de ce Château Vieux mais l’association Voie Bolène envisage une prospection sur place. Si des lecteurs sont intéressées pour venir avec nous...

Voici une vidéo réalisée par nos soins. Elle relate l’ensemble pont - château de la Taillide. Nous espérons qu’elle remettra un peu de lumière sur ce lieu dont on parle toujours avec mystère.


Nos références bibliographiques sont signalées en fin de vidéo.

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps

sur twitter