Vous êtes ici : Accueil » Alleyras » Orange et Alleyras encore : la disparition programmée des cabines (...)

Orange et Alleyras encore : la disparition programmée des cabines téléphoniques en zone blanche

D 18 août 2015     H 06:00     A mko     C 0 messages


agrandir

Sur France 3 Auvergne ce lundi 17 août un reportage dénonçant la suppression des cabines téléphoniques par Orange en Haute-Loire où les zones blanches de radiotéléphonie mobile sont nombreuses. De plus c’est pratique Orange truque ses cartes de couvertures 2G et 3G (voir cet article) ce qui est nickel ensuite pour justifier l’enlèvement des cabines fixes. L’exemple est donné à Alleyras où l’on capte le réseau téléphonique 2G mobile qu’avec difficulté et qui se voit dépossédée de ses cabines presque séculaires.

Le tout étant une conséquence de la formidable loi ultra libérale de l’hyper socialiste Macron adoubée et portée aux nues par Messieurs Hollande et Valls qui va décharger l’opérateur de ses obligations rurales. Mais pas que ! L’enlèvement des cabines était on le sait dans les cartons d’Orange depuis des lustres.

Ci-dessous la vidéo retranscodée par nos soins :

MPEG4 - 8.1 Mo

La présentation de France 3 Auvergne :

Plus de cabines téléphoniques

La loi Macron adoptée le 6 août dernier libère l’opérateur Orange de son obligation de service universel pour les publiphones et donc condamne les bonnes vieilles cabines téléphoniques à disparaître d’ici fin 2016. En plein essor dans les années 90, la cabine téléphonique n’est plus rentable : trop coûteuses en entretien et supplantées par le téléphone mobile, les 1430 cabines d’Auvergne vont être démantelées. En Haute-Loire, leur disparition programmée pose un autre problème : la couverture des zones blanches en téléphonie mobile est loin d’être réglée. Reportage de Elodie Monnier et Bruno Livertoux.

Il y a encore 1430 "publiphones" en Auvergne. Ils seront très bientôt aux abonnés absents. Campées dans le paysage depuis des décennies, les cabines téléphoniques sont devenues fantômes. En plein essor dans les années 90, elles assuraient jusqu’en 2014 un service minimum dans chaque commune. Désormais obsolète et quasi muette avec moins d’une minute d’appel par jour en moyenne, la cabine avait pourtant sa place dans certaines villages, comme au Pont-d’Alleyras, dans les gorges du Haut-Allier. "On avait deux autres cabines au camping et au village de vacances qui ont été supprimées. La seule cabine restante est une cabine à tickets sur laquelle aucun commerce ne peut délivrer des tickets, donc personne ne peut l’utiliser", déplore le restaurateur Stéphane Balestra.

Étant donné que les réseaux portables passent très mal, voire pas du tout, les gens se retrouvent isolés du reste du monde. (un restaurateur d’Alleyras)

En Haute-Loire le taux de couverture en 3G atteint péniblement les 30% de la population. Après un premier plan de construction de 31 relais qui a coûté 1,6 million d’euros au Conseil départemenal, la situation reste insatisfaisante. Certaines des 280 cabines n’ont donc pas dit leur dernier mot. "La 2G doit couvrir l’intégralité du territoire, donc il n’y aura pas de disparition des cabines tant que l’opérateur n’aura pas couvert le centre-bourg ou les communes en 2G", explique Chantal Mercier, en charge des systèmes d’information et du numérique au Conseil départemental de la Haute-Loire.

Un recensement au niveau régional est en cours pour mieux définir les zones blanches et mieux cibler les communes isolées. Dans la mesure où le service universel disparaît, les opérateurs de téléphonie mobile auront-ils le sens du service de proximité ?

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps