Vous êtes ici : Accueil » Alleyras » En 2014, Alleyras joue son prochain sexennat (1/3)

En 2014, Alleyras joue son prochain sexennat (1/3)

D 3 mars 2014     H 16:45     A la rédaction     C 9 messages


agrandir

Voilà un article dont la visée n’est ni polémique, ni partisane. Son seul but est d’attirer l’attention des futurs candidats et électeurs sur quelques grands enjeux qui nous semblent incontournables pour Alleyras dans les 6 années qui viennent. Le prochain sexennat s’annonce d’ores et déjà décisif dans l’avenir de biens des petites communes rurales. Alleyras ne doit pas louper le coche.

EPISODE 1/3 : 2014, des élections à ne pas manquer !

Les petits villages ruraux de notre territoire se transforment vite et suivent une évolution globalement peu rassurante sur bien des aspects.
Il faut bien avouer qu’Alleyras ne s’en sort pas trop mal ! Cette petite commune de 170 habitants peut compter sur quelques atouts qui la font sortir du lot.

Pour commencer, le premier atout d’Alleyras, c’est son environnement, son charme naturel qui attire et séduit. Cette petite commune nichée dans un écrin de verdure, au cœur d’une vallée sauvage ne compte plus ses adeptes, voire même ses amoureux. Cela a de nombreuses implications et qui sont, dans le contexte actuel, bien loin d’être négligeables.

La première, c’est la capacité d’Alleyras à attirer… aussi bien des jeunes couples avec enfants, que de jeunes retraités ou enfin des dizaines et des dizaines de propriétaires de maisons secondaires. Tous ces acteurs donnent vie au village, une partie de l’année ou bien tout au long de l’année, qu’importe ! Ces acteurs entretiennent les maisons, restaurent les bâtiments, valorisent le village en lui donnant un caractère bien spécial. Ils soutiennent aussi l’activité économique local, le dynamisme démographique et enfin paient des impôts locaux… et ainsi permettent le développement de la commune.

La seconde implication est touristique. Alleyras offre un réel dépaysement, un cadre ressourçant et tonifiant que le « tourisme vert » plébiscite actuellement. Alleyras a la chance de pouvoir tirer profit de cette manne grâce au Cap Vacances, qui renforcé par son tout nouveau « centre bien-être », attire toujours plus.

Le second atout de notre commune, après son environnement exceptionnel, c’est sa vitalité économique à replacer dans le contexte d’une commune de 170 âmes. Nous bénéficions d’exploitations agricoles en mutation pour certaines et en plein développement pour d’autres. Notre fameuse épicerie, après être passée à deux doigts de la disparition, connait aujourd’hui un nouveau départ dont on gage qu’il sera excellent. Nous pouvons compter sur un bar convivial, une table d’hôtes dont la réputation n’est plus à faire, des chambres d’hôtes, des gîtes, des visites éducatives à la ferme, des accompagnements pour des sorties canyoning… Sans oublier, un fleuron qui fait connaître Alleyras bien au-delà du département, son hôtel-restaurant étoilé Michelin.

Enfin, Alleyras peut compter sur une structure administrative et associative engagée dans son développement et son dynamisme. Le petit-théâtre et sa bibliothèque flambant neuve en sont un bon exemple. Les neuf hameaux de la commune peuvent compter sur le dynamisme et l’implication des 8 associations et de leurs habitants qui sont au cœur de l’animation et de la valorisation du village.
Cette énumération de points positifs n’est évidemment pas exhaustive… mais ces acquis suffiront-ils à démarquer Alleyras pour les six prochaines années ? Des enjeux doivent être privilégiées et Alleyras devra tôt ou tard prendre un tournant décisif dans son développement, et mieux vaut tôt que tard !

Quelques ombres au tableau

Cette dernière décennie Alleyras a perdu son école et sa poste. La gare, le train touristique tout comme le tronçon Langeac-Langogne ne sont pas passés loin de l’abandon. Au même moment, l’épicerie, symbole d’un village vivant, a failli disparaître. La courbe démographique et la répartition par âge de la population sont alarmantes. Alleyras accuse une des pires évolutions démographiques de Haute-Loire avec une baisse de 25% de sa population en 15 ans. La part des maisons secondaires a largement pris le pas sur les maisons principales. L’activité économique est prédominée par l’agriculture avec une assez faible diversification vers le tertiaire et le tourisme en particulier. Le niveau de service de la viabilité hivernale s’est détérioré ces dernières années et le manque d’entretien (sablage et salage) des départementales menant à Alleyras renforcent l’isolement de la vallée en hiver. La fibre, dont l’installation pourrait représenter une manne de développement économique et un désenclavement numérique, ne semble pas prévue pour Alleyras.

Alors que faire pour que, dans 25 ans, ce petit paradis de village ne devienne pas 10 mois dans l’année un « no man’s land » (un désert humain) ?

1 Messages

  • Bonjour,

    Avant de répondre (un peu plus tard) plus en profondeur à votre article, je veux attirer votre attention sur le fait que la prochaine mandature [élection municipale] est un sixtennat

    Un sexennat doit être une élection d’une autre nature et je ne crois pas qu’elle soit prévue pour Alleyras.

    Cordialement.


    • Merci pour cette précision qui s’avère être exacte. N’y voyez pas une quelconque connotation :). A défaut de dire que notre dictionnaire était dépassé, nous dirons que nous avons voulu buzzer ! Bonne journée !

    • Sextennat veut dire mandat de 6 ans comme ton sixtennat. Apparemment ce sont des néologismes récents découlant de quinquennats, septennats... Mais sexennat signifie bien durée de six ans.

    • Cafouillage compréhensible, mais non c’est bien un sexennat dont on parle.

    • Alors notre dictionnaire n’était pas autant dépassé que ça !
      Sixtennat ou sexennat : on parle de toute manière d’une mandature de six ans !
      Aux lecteurs de choisir la dénomination qu’ils préfèrent ?

    • Oui mais là on parle d’Alleyras, et la commune elle-même n’a aucun mandat que je sache. Le futur élu oui aura un mandat de six ans. Mais là on parle pas d’élections hein... ;-)

    • On peut peut-être trouver un consensus avec un nouveau néologisme, le terme "sextennat" fusion entre "sixtennat" et "sexennat" ? Blague à part, c’est un très bel article qui dresse un bilan objectif sur la situation d’Alleyras ces dix dernières années. La vallée de l’Allier et la ligne de chemin de fer construite tout au long sont les deux facteurs qui expliquent l’activité économique et le tourisme relatifs de cette petite commune. C’est pourquoi la préservation de l’arrêt Alleyras et de la ligne Clermont-Nîmes sont vitaux. Quant à la politique de retrait de la plage de la Varenne, c’est clairement se tirer une balle dans le pied.

    • On peut peut-être trouver un consensus avec un nouveau néologisme, le terme "sextennat" fusion entre "sixtennat" et "sexennat" ? Blague à part, c’est un très bel article qui dresse un bilan objectif sur la situation d’Alleyras ces dix dernières années. La vallée de l’Allier et la ligne de chemin de fer construite tout au long sont les deux facteurs qui expliquent l’activité économique et le tourisme relatifs de cette petite commune. C’est pourquoi la préservation de l’arrêt Alleyras et de la ligne Clermont-Nîmes sont vitaux. Quant à la politique de retrait de la plage de la Varenne, c’est clairement se tirer une balle dans le pied.

    • Si l’on doit envisager l’avenir, mieux vaut ne pas se contenter de tout miser sur l’arrêt du Cevenol en gare d’Alleyras. D’abord parce que cela ne dépend que faiblement de nous, habitants d’Alleyras : les menaces économiques, les réalités de la société française qui se transforme jour après jour font que ce serait bien optimiste, j’allais écrire puéril, de tout baser là-dessus.
      Ensuite parce que le train est arrivé sur la fin du XIXe siécle, il y avait 1000 habitants ici et ce n’était pas le train qui les avait amenés ou maintenus. On a tendance à l’oublier. Et même dans le milieu des années 70, cela n’a jamais été un moyen de transport privilégié ici. Rappelons nous le car de Malartre qui emmenait plus de voyageurs que le train. Et la raison est toute simple : Le puy en Velay qui est notre vraie destination économique est si long à joindre par le rail !
      Qui veut aujourd’hui venir de Paris en train ? A la rigueur en passant par Lyon-Saint-Etienne...
      Je suis viscéralement attaché au Cevenol. Mais pas pour d’autres raisons que sentimentales...
      J’abonde par contre sur les constats lus plus haut : l’Allier et une baignade ; des chemins, une passerelle.... Du tourisme. Meme si les fermetures évoquées ont un caractère, le mot a du mal à sortir de ma plume, irrévocable...
      Un vrai débat à l’occasion de ces municipales. Mais au grand jour, sans pseudonymes confortables (clin d’œil)...Et entre habitants, pas entre philosophes qui n’habitent pas là.
      J’aime bien provoquer...

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps