Vous êtes ici : Accueil » Accès » Passerelle de l’Allier à Vabres 4ème épisode : encore des projets (...)

Passerelle de l’Allier à Vabres 4ème épisode : encore des projets [MAJ]

D 6 septembre 2013     H 08:29     A mko     C 1 messages


agrandir

Autre projet exposé dans cet article gravitant autour d’une éventuelle passerelle sur l’Allier reconstruite. Nous lançons un appel aux autres idées mettant en oeuvre ce nouveau passage.

[article remanié le 7 septembre]


Le projet d’Yvon Gacon

Dans le cadre d’une reconstruction de la passerelle, que proposes tu à titre personnel ou au titre de l’association En Camin ?

« Personnellement, cette passerelle raccordant directement la région du Puy, le Velay et celle de Saugues, le Gévaudan, je suggérerais un travail commun aux deux intercommunalités concernées. Ce serait l’occasion de rouvrir, entre Saint-Jean-Lachalm et Ouïdes, par exemple, quelques anciens chemins permettant de traverser l’Allier à Alleyras, sans passer par le Pont et la route. A partir de Vabres on peut remonter directement sur Pourcheresse puis Chambon-le Château, ou Sanis et ensuite Saint-Préjet."

Chambon le Château ou Thoras par la Romaine...

« Oui en redescendant tout droit. Il faudrait voir les tracés des sentiers existants sur les communes susceptibles d’être concernées, par exemple Saint-Vénérand et Saint-Préjet. Je crois d’ailleurs que le maire de Saint-Préjet travaille déjà sur la question. »

Penses-tu qu’un tel sentier, dessiné en fonction des communes intéressées, c’est-à-dire un peu en zig zag, va intéresser les gens, sachant qu’un sentier relie un point à un autre au plus direct... ?

« Pas forcément, mais M. Planque (de St-Préjet) avait l’idée d’une jonction avec un GR (sentier de grande randonnée) qui allait sur Toulouse en passant par Saint-Préjet. Il est en train de le rechercher. »

Et s’il ne passe pas par Alleyras ?

« Le GR passe plus haut d’après ce qu’il m’a expliqué... »

Ce serait plutôt une bretelle de raccordement.

« Exactement : nous nous raccorderions ! »

Ca permettrait de ne pas devoir monter un gros projet jusqu’à Toulouse en se rattachant au GR existant.

« Voilà. Nous on ferait simplement... »

...une bretelle.

« On peut aussi travailler sur différentes thématiques, comme par exemple les églises romanes, qu’elles soient clunisiennes, comme celles de Saint-Jean-Lachalm ou Alleyras, ou casadéennes comme celle de Saint-Préjet-d’Allier. »

C’est un peu compliqué à faire passer dans l’esprit des gens ça : une bretelle pour aller rejoindre le GR... Les gens vont peut-être préférer démarrer leur périple au début du GR.

« Pas forcément si on leur propose des visites d’églises ou d’autres sites particuliers. Depuis quelques années je suis très sollicité pour la visite de l’église d’Alleyras qui attire de nombreux visiteurs. Or, celle de Saint-Jean, entre autres, est très belle aussi et mérite le détour ! »

Est-ce que ça va être suffisant pour que les futurs randonneurs choisissent notre parcours ?

« Sans avoir la prétention d’attirer 100% des randonneurs, nous avons des atouts certains pour en séduire une bonne partie ! Outre les travaux de cartographie en cours et à venir, il faut tenir compte de notre situation dans le prochain parc naturel, le long de la vallée de l’Allier. Je ne connais pas tous les sentiers qui existent : ce sera une recherche commune par commune, un « maillage » à établir de carte en carte. »

Donc il s’agirait d’ouvrir une route mais pas rigoureuse, pas trop bornée...

« Non, ce serait un passage, et -modestement- un axe sur lequel les intercommunalités pourraient réfléchir dans le cadre de l’établissement du parc. »

Mais qui nous prouve qu’elles vont favoriser le passage par Alleyras ?

« Rien, mais au moins la possibilité existera. »

Si on travaille à tout ça pour les copains nous serons bien gentils...

« On ne travaille pas forcément que pour eux... On travaille avec eux. »

D’accord mais il faudrait que ça nous profite un peu...

« Ben si les gens passent... »

Les gens vont-ils vraiment passer ici ? C’est la grosse question.

« Je pense que oui. Bien sûr il faut savoir les intéresser à nos villages. Le nôtre présente beaucoup d’avantages et de particularités. Il faut les mettre en valeur et savoir convaincre : ce n’est pas facile mais tout à fait possible. »

Quand on pense qu’au bourg d’Alleyras ou à Vabres il n’y a même pas une buvette ou un petit endroit pour s’arrêter pour boire un coup...

« Justement, la fréquentation des sentiers peut permettre la relance ou la création d’activités. Gérard Varlot avait suggéré de stimuler cette fréquentation grâce à un pélerinage, si les autorités religieuses donnaient leur aval. »

Tu penses donc à un trajet de type confessionnel ?

« Oui ça peut être à tendance confessionnelle par les visites de monuments, puisqu’ils existent, mais on a une région qui peut faire d’autres propositions. »

Le chemin suggéré par Gérard Varlot n’est pas forcément religieux mais simplement le suivi d’un parcours qu’empruntait cet abbé.

« C’est à peu près le même sentier. Il remontait sûrement soit sur Pourcheresse soit sur Sanis, je ne sais pas par où il passait. Et est-ce qu’il empruntait la passerelle ? »

Oui il empruntait la passerelle... ou la barque... je ne sais plus à quelle époque c’était... Alors on refait quoi ? Le passage en barque ou la passerelle ?

« La solution d’une passerelle paraît plus raisonnable ! Je vais me renseigner auprés du Président de l’intercommunalité car je sais que deux passerelles ont été réalisées vers/sur la Loire. Nous n’avons pas eu le temps d’en discuter en détail, mais pourquoi la nôtre ne pourrait-elle pas s’inscrire dans le cadre de prochaines réfections ? Les nombreux promeneurs et randonneurs apprécieraient certainement cette traversée de l’Allier tout-à-fait inédite ! »

C’est vrai que les gens prennent souvent quelques jours pour randonner et si on leur propose un circuit adapté ça peut les intéresser, au lieu de faire une portion incomplète d’un grand chemin qu’ils n’auront peut-être jamais l’occasion de continuer...

« Oui. Des circuits en « boucles » d’une journée, peut-être deux : après avoir traversé l’Allier, vers Saint-Préjet et au-delà avec retour par Vabres, par exemple. En rouvrant des chemins on peut envisager aussi Pont-d’Alleyras, Alleyras, Vabres, Sanis, Pourcheresse, retour par Vabres vers le château d’Agrain et Ouïdes. »

Et si on resserre un petit peu le projet sur le coin c’est vrai qu’il sera difficilement récupérable.

« Il faut définir un secteur à partir du Pont d’Alleyras, ou du bourg, et circuler dans toute notre vallée. Comme je le disais, on peut essayer de faire une journée, voire deux jours de balade. Il faut voir aussi « La Pélerine » qui a déjà des sentiers préparés et connus et qui sera certainement intéressée aussi par la passerelle pour ouvrir des sentiers au-delà. Je me propose d’en discuter avec eux. La reconstruction de cette passerelle s’inscrit dans un contexte touristique large : il ne peut plus s’agir de rencontres entre familles de Vabres et Alleyras ! Le village de vacances sera sans doute très intéressé par cette nouvelle possibilité de parcours. C’est à travailler également. En réalité, Alleyras est peu connu ; je m’en suis bien rendu compte en allant à l’office de tourisme du Puy-en-Velay : « Ah oui, Alleyras... oh, tiens, c’est marrant, on n’y est jamais allé ». Ca a le mérite d’être clair : les personnes de l’office de tourisme du Puy ne sont jamais venues ici. »

Il faudrait sans doute les inviter.

« A la découverte des sentiers balisés avec les personnages par exemple... Les écoles peuvent être intéressées. Plusieurs m’ont posé la question. Une idée à creuser avec les instituteurs. Grâce aux sentiers on peut découvrir de la faune, de la flore, tout en marchant. La belle passerelle sécurisée fera partie de tout ça... Il s’agit bien d’une reconstruction, d’une réfection de passerelle et non d’une création, ce qui permettra de démarrer avec un dossier sans doute plus facile à mener (...)."

Ensuite il y aura tout un travail de promotion.

« Ce projet permettrait aussi de traverser Vabres. Les gens n’y vont pas beaucoup parce que c’est un peu « compliqué ». Vabres serait « désenclavé » car même si la route reste un cul-de-sac, un cheminement piétonnier original et distrayant inciterait à y passer. L’église et le passé potier pourraient être valorisés et constituer un attrait certain pour les visiteurs. En été, on peut penser que quelques services pourraient leur être proposés. »

1 Messages

  • Je trouve définitivement l’idée de circuit de la commune d’Alleyras beaucoup plus séduisante et réalisable qu’un raccord à un long chemin déjà existant. Il faut s’appuyer sur les forces touristiques que nous avons déjà la chance de posséder : le restaurant Brun, le Cap’vacances et le camping. L’an dernier, Bruno animait un atelier de promenade au Cap. Actuellement, l’activité touristique est exclusivement centrée sur le Pont (et un peu à l’église d’Alleyras). De bons circuits qui passent par tous les hameaux de la commune permettraient d’une part de faire découvrir aux gens cette vallée qui est objectivement belle, et d’autre part que l’ensemble du territoire bénéficie plus des retombées du tourisme comme par exemple Pourcheresse. Cela donnerait aussi un objectif pour entretenir les chemins de la commune dont certains sont en train de se refermer. Après, on peut peut-être envisager de le raccorder à un grand chemin, mais selon moi il faut déjà que ça marche au niveau local.


en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps